La méthode Mézières    

Écrit par VAINEAU BEMILLI Patrick  
27-02-2006

Méthode de rééducation conçue dès 1947 par Françoise Mézières, kinésithérapeute française, à l’usage des kinésithérapeutes (physiothérapeutes) diplômés.

Introduction à la Méthode

« L'ensemble des muscles se comporte comme une chaîne et une intervention à un niveau entraîne une réaction à tous les autres niveaux. D'où la nécessité d'intervenir sur l'ensemble de la musculature afin d'obtenir une correction globale de la morphologie »

 

Thérapie du corps total, chaînes musculaires

La méthode Mézières est une méthode de « thérapie du corps total ». Françoise Mézières est à l'origine de ce qu'elle a nommé une méthode de « chaînes musculaires ».
Les chaînes musculaires forment un continuum fonctionnel d'un point à l'autre du corps, lequel conduit une tension le long du tissu musculaire et conjonctif, du système osseux et articulaire.
La chaîne musculaire « fonctionne comme un seul muscle » (voir loi numéro 1).
La chaîne musculaire subit l'excès de tension tout comme le manque de tension. La tension en excès déforme les axes des membres, de la colonne vertébrale, compresse les articulations, est à l'origine de nombreuses déformations.
Défaire les tensions en excès libère la force et décharge les articulations.

Idéal de forme et de fonction

Postures thérapeutiques: Pour atteindre un idéal fonctionnel, où les axes du corps seraient justes, où le tonus serait équilibré, il est nécessaire de faire travailler la chaîne musculaire, fasciale*, osseuse et articulaire dans une forme juste, une « posture » thérapeutique. L'harmonie du corps est le principe directeur qui relie forme et fonction dans cette thérapie. L'harmonie du corps est le fil conducteur du travail musculaire actif dans une « posture » d’étirement. Le choix des postures répond aux besoins individuels de chaque patient et à l’évolution de la thérapie.

Travail actif musculaire. Perception. Proprioception.

L’activité développée dans une posture thérapeutique lutte contre les muscles en excès de force et stimule les antagonistes faibles. C’est la fonction musculaire, éminemment neuro-musculaire et sensori-motrice, qui va rétablir les fonctions par la perception, la proprioception, l’information, autant que par l'effort. Par cette méthode, la posture choisie va diminuer la tension des « muscles vainqueurs » et stimuler les « muscles vaincus » simultanément.
Cette méthode posturale améliore la perception, a un effet d’éducation, a un effet de relaxation, redonne l'aplomb et l'équilibre, restitue l’unité de l'être. L’image du corps, modifiée sous l’influence de l’harmonisation corporelle, va agir sur le rapport à soi et à l’autre.

Buts de la Méthode Mézières

La thérapie des chaînes musculaires de Françoise Mézières est conçue pour résoudre les conflits articulaires, d'origine posturale due aux habitus, d'origine traumatique, orthopédique, rhumatismale ou même neurologique ou psychologique.
Cette thérapie inclut volontiers le massage, la respiration. Elle débouche généralement sur une relaxation, une égalisation du tonus. La thérapie crânienne, une approche somato-émotionnelle, et toute autre approche globalisante, y trouveraient leur place également.
Les conflits articulaires sont à l'origine de nombreuses pathologies:

  • Déformations vertébrales et des membres tels que hyper lordoses, hyper cyphoses, scolioses, genu-valgum, genu-varum, déformations des pieds ou du thorax, enroulement des épaules dit encore « scapulae altae », spondylolisthésis, etc.
  •  Compressions de nerfs et hernies discales, de type sciatique, cervico-brachialgique et autres.
  •  Torticolis et lumbagos, dorsalgos, douleurs musculaires d'insertion,de type de tendinite.


La Méthode Mézières des chaînes musculaires a encore d'autres buts:

  •     Récupération fonctionnelle post chirurgicale, de l'osseux au viscéral.
  •     Récupération de suites de pathologie obstétricale et uro-gynécologique.
  •     Amélioration de la condition musculo-articulaire et rééducation dans le cadre du sport, de la danse et de l'expression corporelle (pathologies de type tendinites, myalgies, contractures, entorses, etc.)
  •     Rééducation respiratoire
  •     Pathologies neurologiques et troubles d'équilibre.
  •     Pathologies liées aux troubles de l’image du corps ou de son intégration.
  •     Etc.


Historique

Françoise Mézières, française née en Indochine à Hanoi en 1909, est décédée à Paris en 1991.
Elle obtient en 1938 le Diplôme d'Etat français de Massage et Kinésithérapie, en conclusion de ses études effectuées à l' École Française d'Orthopédie et de Massage (E.F.O.M.) de Boris Dolto à Paris.
Françoise Mézières y reçut l'enseignement du Docteur Boris Dolto , homme particulièrement créatif, auteur de l'ouvrage sur la nouvelle kinésithérapie «Le corps entre les mains» (Hermann Éditeurs, Paris 1976, première édition / Vuibert Éditeur, Paris 2006, édition augmentée), personnalité hors du commun par sa propre vie et sa trajectoire.
Dans cette école, elle reçut également l'enseignement de la doctoresse Lily Ehrenfried, médecin héritière d'une forme de gymnastique centrée sur le développement de la perception, l’équilibre, la respiration. Madame Lily Ehrenfried a créé la «gymnastique holistique» et a écrit un livre de référence à ce sujet «De l'éducation du corps à l'équilibre de l'esprit» (Aubier-Montaigne, éd. 1956, Paris.) «Körperliche Erziehung zum seelischem Gleichgewicht» (West.Berliner Verlagsgesellschaft. 1956. Berlin), livre toujours édité en France où elle enseigna sa méthode et fit école.
Si Françoise Mézières a approché l'esprit de globalité dans et par cette école, ce qu'elle va découvrir est le fruit de ses propres observations.
Après son diplôme, elle est enseignante de gymnastique, d'anatomie et de physiologie, pour une dizaine d'années dans cette même école. Puis elle se consacre au traitement des patients, au développement de sa méthode qu’elle tente de faire connaître.
Après Paris, elle travaille en tant qu'indépendante à l’Ile-d’Elle en Charente de 1957 à 1974. C’est là que commenceront les stages Mézières et c’est là que viendra Philippe E. Souchard, l’élève qui deviendra son collaborateur. Les élèves commenceront à venir de toute la France, de Belgique, de Suisse, d’Italie.
En 1967, au Centre Homéopathique de France, Françoise Mézières expose pour la première fois en public ses découvertes, les lois de la méthode, démontre les mécanismes dans une conférence intitulée « Retour à l’harmonie morphologique par une rééducation spécialisée ». Pendant les années d’enseignement, de nombreux écrits techniques seront distribués aux élèves et édités dans « Cahier de la Méthode Naturelle » et dans les bulletins de l’A.M.I.K. (Assoociation Mézièriste Internationale de Kinésithérapie).
En 1974, Françoise Mézières crèe un centre de formation à Saint-Mont (France) avec son collaborateur Philippe E. Souchard qui l’aide à poser les bases scientifiques de la méthode. Tous deux y sont alors enseignants, collaborant une dizaine d’années. Toujours plus d’élèves et de médecins s’intéressent à sa méthode. En 1976, le livre de Thérèse Bertherat « Le corps a ses raisons » se référant à la méthode de Françoise Mézières et à la gymnastique holistique de Lily Ehrenfried, accroît encore plus la popularité de la méthode auprès du grand public.
En 1979, un congrès organisé par l’A.M.I.K a lieu à Nantes. Il prolonge la soutenance de thèse de médecine du Dr. Le Derf sur la Méthode Mézières. C’est au cours de ce congrès que Françoise Mézières est nommée Docteur Honoris Causa de la Faculté de Médecine de Nantes par le Professeur Herzog.
En 1984, une divergence met fin à la collaboration et sera l’occasion pour Françoise Mézières d’enseigner à nouveau seule et dans différentes villes de France jusqu’à son décès le 17 octobre 1991.

 

Découverte des principes de sa méthode

La découverte de Françoise Mézières a lieu en 1947, en traitant une patiente atteinte d’une importante cyphose. Elle découvre le déplacement des déformations selon les positions du corps, et réalise que les muscles raccourcis sont les muscles postérieurs et qu'ils se comportent comme un seul muscle.
Elle écrit: « Pour ce sujet, aucun muscle postérieur n'était trop faible ni trop long, pas même ceux de la région cyphosée; au contraire tous étaient trop courts. trop raides, trop forts. Le sujet n'était pas écrasé par la pesanteur, mais tassé par sa propre force, celle des dorsaux. »
De cette Observation Princeps, Françoise Mézières démontre que lors de chaque lecture du corps, lors de chaque thérapie, le thérapeute se doit de corriger les déformations de manière globale, selon des postures qui évitent les compensations et la survenue d'autres déformations. C’est l’harmonie de la forme et la perfectibilité de la fonction qui doivent être recherchées

Les lois

Françoise Mézières énonce les lois de la Méthode Mézières :

  •     Les muscles postérieurs se comportent comme un seul muscle, parce que les muscles polyarticulaires impliqués forment un système de chaîne.
  •     Les muscles sont trop toniques et trop courts, parce qu'imbriqués, ils s'influencent. Le tonus de chaque élément s'additionne à celui des éléments adjacents. Jamais allongés en totalité par les mouvements libres, l'enraidissement des chaînes est fatal. Elles se raccourcissent et s'hypertrophient à longueur d'existence.
  •     Toute action localisée, aussi bien élongation que raccourcissement, provoque le raccourcissement de l'ensemble du système parce que toute modification de longueur de l'un des éléments du système produit une traction sur les insertions initiales de l'élément suivant.
  •     Toute opposition à ce raccourcissement provoque des latéro-flexions du rachis et des membres; parce que les éléments des chaînes ont triple vocation et que celles ci se relaient.
  •     La rotation des membres s'effectue toujours en dedans; parce que la chaîne antérieure du bras comporte les pronateurs; et la chaîne postérieure comporte les puissants rotateurs internes.
  •     Toute élongation, détorsion, douleur, tout effort, implique instantanément le blocage respiratoire en inspiration; parce que la chaîne antéro-intérieure étant lordosante, elle maintient le point fixe de la chaîne postérieure.

( in «Originalité de la Méthode Mézières», Françoise Mézières. Maloine, Paris 1984.)

F. Mézières met l'accent sur la nécessité de travailler le corps dans sa globalité pour obtenir un allongement mécanique effectif des muscles qui écrasent et déforment le corps. La thérapie consiste à redonner longueur, espace, souplesse, prise de conscience, par une mise en tension correctrice au moyen de postures maintenues. Le temps de travail et le mode excentrique statique permettent aux muscles de s'allonger.


Conclusion

Françoise Mézières a laissé les lois de sa Méthode, a donné des conférences, a écrit pour les thérapeutes.
Philippe E. Souchard est auteur de nombreux ouvrages sur la Méthode Mézières et sur la Rééducation Posturale Globale.
De nombreuses thérapies se sont inspirées de cette méthode exceptionnelle. Certaines mettent l’accent sur un aspect plutôt que sur un autre. La méthode a permis de considérer l’individu dans son ensemble, de replacer le trouble dans la chaîne des évènements, de faire travailler dans l’harmonie le corps de l’homme total sur des bases d’analyse toujours actuelles.


____________

* Le fascia est un tissu conjonctif, généralement longitudinal, qui joint, entoure, regroupe ou cloisonne les différentes parties musculaires, les protège, permet leur glissement, conduit la tension, tout comme le tendon, d'un point à l'autre du corps.